Éclairage public : le confinement remet en lumière l'intérêt des extinctions nocturnes

« Durant cette période de confinement, certaines collectivités territoriales peuvent être sollicitées pour éteindre les installations d’éclairage extérieur, dans un souci d’économie principalement.
 
D’une manière générale, l’extinction nocturne sur tout ou partie de la nuit pourrait s’apparenter à une « simple » et « bonne idée » : ce n’est pas le cas.
 
Les modifications horaires du fonctionnement de l’éclairage extérieur doivent être motivées au vu d’un arrêté municipal et des actes administratifs associés. Les usagers « de la nuit » sont également à prendre en compte (force de police, secours, agents des collectivités territoriales, …) et dans cette période sanitaire que traverse notre pays, leur efficacité et leurs activités sont primordiales et vitales.
 
Des conséquences techniques sont également à prendre en compte (doublement des cycles d’allumage – extinction, …), des modifications au niveau des horloges de télécommande, des modifications éventuelles des circuits des installations, entraîneront des dépenses supplémentaires qui viendraient grever les potentielles économies générées par l’extinction nocturne (avec les durées de nuit qui raccourcissent jusqu’au solstice d’été, se posant la question de la rentabilité…).
 
L’Association française de l’éclairage (AFE) vient de faire paraître un édito « Doit-on procéder à l’extinction de l’éclairage public en période de confinement », avec des retours d’expérience de collectivités territoriales de grande tailles. »
 
Roger Couillet - Animateur du GT Eclairage public